Tuberculose multirésistante : l’OMS recommande des traitements plus courts et des tests de diagnostics rapides

4 juin 2016

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) publie de nouvelles recommandations dans la prise en charge de la tuberculose. Objectif : diagnostic précoce et traitement plus efficace de la tuberculose multirésistante (tuberculose MR) due à des bacilles résistants au moins à l’isoniazide et à la rifampicine, les deux médicaments antituberculeux les plus efficaces.

Neuf à 12 mois de traitement

« Une étape importante a été franchie dans la crise provoquée par la tuberculose MR », se félicite le Dr Mario Raviglione, directeur à l’OMS du Programme mondial de lutte contre la tuberculose.

« Les nouvelles recommandations de l’OMS offrent un espoir à des centaines de milliers de patients qui peuvent désormais bénéficier d’un test déterminant rapidement qu’ils remplissent les conditions pour bénéficier du schéma thérapeutique plus court et terminer leur traitement en moitié moins de temps et pratiquement à moitié prix », poursuit-il.

L’OMS recommande chez les patients atteints de tuberculose MR sans complications, une durée de traitement avec les molécules de seconde ligne (fluoroquinolones et médicaments injectables) de 9 à 12 mois pour un coût de 1 000 dollars alors que les schémas classiques étaient plutôt de 18 à 24 mois pour un coût de 3 000 dollars. Les patients pourront ainsi « terminer leur traitement en moitié moins de temps et pratiquement à moitié prix », a indiqué le Dr Raviglione. Les taux de guérison obtenus avec les traitements longs restent faibles, 50 % au niveau mondial en moyenne en raison des effets secondaires des traitements de seconde ligne et du risque de perdus de vue. Ces recommandations de l’OMS sur le schéma thérapeutique plus court sont basées sur des études auxquelles ont participé 1 200 patients ayant une tuberculose MR sans complications dans 10 pays.

Un diagnostic en 24 à 48h

Second volet des préconisations de l’OMS : le recours aux tests de diagnostic rapide de la tuberculose multirésistante. « Le moyen le plus fiable d’exclure la résistance aux médicaments de seconde intention consiste à utiliser le test de diagnostic nouvellement recommandé dans les laboratoires nationaux de référence pour la tuberculose », indique l’organisation.

Ce nouveau test de diagnostic, MTBDRsl, basé sur l’ADN et identifie les mutations génétiques des souches multirésistantes responsables des résistances aux fluoroquinolones et aux antituberculeux injectables de seconde ligne. Mis au point par un laboratoire allemand, Hain Lifescience GmbH, le test permet un diagnostic en 24 à 48h (3 mois pour les tests actuels) pour un coût d’environ 10 dollars.

Actuellement, moins de 20 % des 480 000 patients atteints de tuberculose MR suivent un traitement adapté. En 2014, 5 % des 9,6 millions de personnes touchées par la tuberculose ont contracté une forme multirésistante de la maladie. Et 190 000 personnes en sont mortes. L’OMS a pour objectif de réduire d’ici à 2030 de 80 % l’incidence de la tuberculose et de 90 % la mortalité due à cette maladie.

Dr Lydia Archimède 12.05.2016 Source : Lequotidiendumedecin.fr